Exposition « Je suis de là-bas, je suis d’Alep », 24 janvier à Lyon.

Du 24 janvier au 3 février, la Mairie du 1er, en partenariat avec Collectif des Amis d’Alep, accueille l’exposition « Je suis de là-bas, je suis d’Alep » de Zakaria Abdelkafi, photo reporter à l’AFP.

Exposition du lundi au vendredi (17h-19h30), samedi (10h-12h) à la mairie du 1er (2, place Sathonay). Vernissage le mercredi 24 janvier à 18h30.

Zakaria Abdelkafi
Habitant d’Alep en Syrie, il s’est engagé dans la résistance civile contre le gouvernement de Bachar al Assad dès 2011.
Travaillant pour l’AFP ainsi que pour des agences internationales et des médias indépendants syriens à compter de 2013, il a documenté la vie des habitants à Alep Est. Il a également couvert les batailles entre l’Armée syrienne libre et les forces du régime.
En septembre 2015, il est touché à l’œil droit par une balle. Il gagne alors la France pour y bénéficier de soins, où il y obtient le statut de réfugié.
Rapidement, il travaille en tant que photographe indépendant pour l’Afp à Paris où il couvre notamment l’actualité politique.
Ses photos d’Alep seront exposées dans la salle d’exposition de la Mairie de Lyon 1er du 24 janvier (jour du vernissage) au 3 février 2018 et des visites guidées en sa présence sont prévues.

Lien vers d’autres événements à venir, et les événements antérieurs organisés par le CAA.

 

 

Publicités

Structure du Conseil du gouvernorat d’Alep.

Prochaine action du CAA: Organisation de la tournée européenne d’une délégation du Conseil du Gouvernorat d’Alep.
Le CGA s’est constitué en mars 2013 avec des représentants démocratiquement élus pour administrer les territoires libérés en juillet 2012 par l’Armée Syrienne Libre (ASL/FSA).
Objectif: faire connaître leurs actions sur le terrain qui restent largement ignorées du public et obtenir des soutiens réels.
Au programme: conférences de presse, rencontres avec la société civile, les institutions et les politiques.

Stratégie de la destruction

par Leïla Vignal , le 29 mars

Depuis cinq ans, la population syrienne est l’objet d’une intense répression de la part d’un régime qui applique une politique massive de destruction, contraignant plus de la moitié des Syriens à quitter leur domicile et menaçant gravement l’avenir d’un pays vidé de ses forces.

Mes remerciements vont à Loïc Rivault, enseignant de géographie à l’Université Rennes-2, pour notre dialogue nourri autour du conflit syrien et sa généreuse autorisation à faire usage des cartes qu’il réalise, et dont certaines figurent dans cet article.

Une demi-décennie s’est écoulée depuis les premières manifestations du printemps 2011 réclamant en Syrie droits et dignité. Le régime de Bachar al-Assad y a répondu dès le premier jour par une répression brutale. Cette réponse sécuritaire, engageant d’emblée l’appareil de violence de l’État, était assumée : on se souvient de la déclaration de Rami Makhlouf, le cousin du président Assad, à la tête d’un empire économique acquis à la faveur des politiques de libéralisation des années 2000, en mai 2011 : « Nous irons jusqu’au bout » [1]. L’économie de la violence, orchestrée par ses nombreux services de sécurité, est l’un des piliers de la résilience du régime syrien [2].

La Syrie de 2011 était urbaine. Environ 75 % des 21 millions de Syriens résidait dans un ruban de villes situées pour l’essentiel du nord au sud dans la partie ouest du pays et le long de la vallée de l’Euphrate. La badya (la steppe) occupe en effet le reste du territoire. De grandes métropoles régionales ou nationales (du nord au sud : Alep, Hama, Homs, et Damas) polarisaient la croissance urbaine, relayées par un tissu important de moyennes et petites villes. C’est sur cette Syrie urbaine que s’exerce l’essentiel de la violence conflictuelle depuis 2011, avec son corollaire de morts, de blessés, de déplacements de populations et de destructions.

Les destructions sont, à l’évidence, inhérentes aux conflits armés. Cependant, en Syrie, leur ampleur, leur nature et les conséquences qu’elles entraînent — en particulier les déplacements massifs et sans doute durables de population — interdisent de les considérer comme de seuls dommages « collatéraux » de l’affrontement, inévitables et regrettables. En effet, l’étendue du désastre syrien et l’effondrement très rapide d’une société apparemment structurée poussent à s’interroger sur les formes de violence exercée et à analyser la place qu’occupent les destructions et les déplacements de population dans le conflit syrien.

Lire la suite

La défense civile d’Alep en réalité virtuelle à l’IMA

La défense civile d’Alep en réalité virtuelle lors de la conférence à l’IMA (Paris, 1er avril avec 4 journalistes d’Alep): une caméra à 360°, filmant tous les angles de vue.

Un dispositif spécial, permet au spectateur de regarder les différents angles de vue comme il le désire. C’est donc un film « immersif », le spectateur n’est pas séparé de l’action par un écran mais se retrouve transporté, en immersion, dans le film qu’il est en train de voir. Le spectateur peut choisir où il regarde et sur quel point de vue il souhaite se concentrer, il est plus actif et plus impliqué dans le sujet du film.

Le film lui-même est sur Alep et le travail des équipes de défense civile (secouristes): les casques blancs.

Vidéo réalisée par l’Association de Soutien aux Médias Libres (ASML) en collaboration avec Smart.

Installation à l’IMA, le 1er avril:

12983463_1538917476412622_5154868327507666229_o

Photos de la conférence à l’IMA.

Youcef Seddik, directeur d’Aleppo Media Center.

YoucefSeddikEn mars 2011 Yousef Seddik était étudiant à Damas. Participant à des manifestations, il est poursuivi par les forces “de sécurité”, et part se réfugier à Alep où il organise des manifestations.

En 2012, l’Armée Syrienne Libre prend le contrôle de 70 % de la province d’Alep, ce qui encourage l’arrivée de journalistes du monde entier: ils ont besoin de guides, traducteurs, fixeurs, chauffeurs, protection… Il participe à la création d’un refuge pour les journalistes étrangers et les reporter-citoyens syriens qui veulent se former au métier du journalisme: l’Aleppo Media Center (AMC) est né.

Yousef Seddik y occupe le poste de directeur de 2013 à ce jour. Depuis, l’AMC fournit ses informations à différentes agences de presse internationales comme l’AFP ou Reuters (vidéo).

Recensement des destructions à Alep

Recensement des destructions à Alep, par la municipalité libre d’Alep qui effectue ce travail afin de mieux gérer les ressources de la ville et ses services.

Le projet de statistiques de la ville d’Alep est le premier projet organisationnel de ce type. Il a pour but d’établir les bases servant à la distribution de l’aide humanitaire et des services, par la création d’une base de données complète qui sera diffusée aux différents secteurs de services de la ville afin d’améliorer leur travail…

 

.

Travaux de voirie à Alep

La municipalité libre d’Alep organise les travaux de voierie. Les rues sont terriblement détériorées et les véhicules en payent les conséquences. Mais il faut attendre la fin de l’hiver, pour pouvoir goudronner [… sous-titres en français]:

https://www.youtube.com/watch?v=voZ89UDgqK8

Dans la vieille ville d’Alep, le vendredi 4 mars 2016. Manifestation pour la chute du régime et la liberté du peuple syrien.

https:/…/12836599_1714444818801161_271287520_n.mp4?efg=eyJ2ZW5jb2RlX3RhZyI6InN2ZV9zZCJ9&oh=394a…

https:/…/12836599_1714444818801161_271287520_n.mp4?efg=eyJ2ZW5jb2RlX3RhZyI6InN2ZV9zZCJ9&oh=394a252ef6eb69d0f6cf63cd7f6c2632&oe=56DB085D with subtitles | Amara

More info @ http://ift.tt/1QUuo60

Automated post from Collectif des Amis d’Alep – http://ift.tt/1Qt9caY

March 05, 2016 at 03:10PM

Vendredi 4 mars 2016 – Alep – Le mot d’ordre de la manifestation est le même qu’il y a 5 ans : « Al shab yurid iskat an nizam » (Le peuple veut la chute du régime).

مركز حلب الإعلامي

مركز #حلب الإعلامي: #شاهد مظاهرة لـ #ثوار_حلب في حي باب الحديد بعد صلاة الجمعة تأكيداً على مطالبهم بإسقاط النظام وكافة رموزه.
رابط اليوتيوب: https://youtu.be/AqC2AatfYj0
#Aleppo #AMC

More info @ http://ift.tt/1TvCqch

Automated post from Collectif des Amis d’Alep – http://ift.tt/1Qt9caY

March 04, 2016 at 04:48PM

Alep le 23 février 2016, photo de Zein al-Rifai.

Prise de vue d’Alep par Zein al-Rifai, qui participera à la tournée Porter la voix des journalistes d’Alep, du 8 mars au 10 avril 2016.