Appel d’urgence pour sécuriser la dernière voie d’approvisionnement d’Alep.

La défense civile et le Conseil du Gouvernorat d’Alep, la Coalition Nationale Syrienne, réclament une action urgente pour sécuriser la route Castello des attaques de la Russie‬, de l’YPG‬ (PYD kurde) et du Régime Assad‬. La route est la seule voie d’approvisionnement pour les alépins libres.

Civil Defense & Provincial Council in Aleppo Signal Alarm as City’s Last Supply Route Comes under Attack

The Civil Defense Corps and the provincial council in Aleppo called for urgent action to protect the Castello road, the last supply route to the rebel-held parts of the city. The road has been coming under airstrikes by regime forces and rocket and mortar shelling by the militias of the Kurdish People’s Protection Units (YPG) for the last few days.

In a joint statement released on Wednesday, the Civil Defense Corps and Aleppo provincial council said that that the targeting of the Castello road threatens cutting off fuel and humanitarian aid to Aleppo. They added that the road has been effectively cut off due to constant bombardment since Monday.

The Castello road and the area near the Aljandoul roundabout were hit by barrel bombs earlier today. A civilian was killed and many more wounded in shelling by the YPG militias on the road.

Regime forces and their allied militias lay sieges on dozens of cities and towns across Syria and prevent aid convoys from entering those areas, as was the case in the town of Daraya in rural Damascus recently. Regime forces continue to violate UN Security Council resolutions 2254 and 2165 as well as the “cessation of hostilities” agreement which all calCoalition Cl for lifting the sieges, allowing access for humanitarian aid, stopping attacks on civilians and releasing detainees. (Source: Syrian Coalition, National Coalition of Syrian revolution and opposition forces, 19 mai 2016)

58aef680a70db136aef872511fde12ae_XL

Structure du Conseil du gouvernorat d’Alep.

Prochaine action du CAA: Organisation de la tournée européenne d’une délégation du Conseil du Gouvernorat d’Alep.
Le CGA s’est constitué en mars 2013 avec des représentants démocratiquement élus pour administrer les territoires libérés en juillet 2012 par l’Armée Syrienne Libre (ASL/FSA).
Objectif: faire connaître leurs actions sur le terrain qui restent largement ignorées du public et obtenir des soutiens réels.
Au programme: conférences de presse, rencontres avec la société civile, les institutions et les politiques.

A Alep, «ça fait du bien de revoir le jour»

La trève se termine ce soir à minuit. Paris reçoit ce lundi les ministres des Affaires étrangères d’une dizaine de pays, dont le Royaume-Uni, la Turquie, le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis pour tenter d’obtenir un prolongement de la trêve.

Par Hala Kodmani Libération 8 mai 2016, extrait:

[…] Et puis ça fait du bien de revoir le jour, le ciel clair et de parler aux gens», dit la mère d’une famille de quatre enfants âgés de 7 à 13 ans. Ceux-ci sont retournés à l’école à la faveur de la nouvelle trêve, après des semaines d’interruption. «Ils sont à l’abri dans les salles de cours en sous-sol et il faut qu’ils rattrapent autant de jours de scolarité que possible, même si je n’ai pas arrêté de les faire lire et écrire à la maison pendant les bombardements, explique l’ancienne institutrice. Je n’ai pas le droit de me plaindre, et je remercie Dieu que mes trois fils et ma fille soient sains et saufs alors que je vois des mères qui ont eu des enfants tués ou gravement handicapés.»

Contrary to what Assad media claim, Aleppo hospital attacked by the regime

Orient-news.net, 3 mai 2016:

Contrary to what Assad media claim, Aleppo hospital attacked by the regime:

At least 17 people were killed in an attack on a hospital in the city of Aleppo, according to Assad media.
Assad’s Ikhbariya news channel said opposition fighters shelled al-Dabeet hospital in al-Muhafaza neighborhood, casualties were reported.
Najem al-Ali, a Syrian activist, said, “The damage caused by the attack was incalculable, and it could not be caused by opposition’s primitive local-made missiles. Opposition have small missiles of a maximum range of one kilometer.”
Activists say that these kinds of attacks are deliberately engineered and exploited by Assad regime for political reasons.
“Assad regime aims at these attacks at diverting the world’s attention from crimes and massacres its terrorists commit, especially that committed in al-Quds hospital where the last pediatrician in the city was killed along with 50 civilians in Aleppo’s al-Sekeri neighbourhood.
How a rocket could hit the hospital’s front in the west where there are no opposition-held areas.
“The hospital is within Assad artillery range in Aleppo and Assad regime committed this heinous crime, » Mohammed from Aleppo said and added, “If the opposition – indeed – shelled the hospital, the attack would hit the opposite building and not the building itself. »
Several hospitals and clinics have previously been hit by Assad deadly air strikes on opposition-held areas in Aleppo.
Ce ne sera pas la première fois que le régime commet des exactions pour ensuite les imputer aux forces de l’opposition. C’est pourquoi lorsque des groupes se réclamant de l’opposition armée commettent des attaques délibérées contre des civils innocents il est indispensable de les dénoncer haut et fort.

Il faut sauver Alep: le devoir des nations libres.

: Président chez CERAP (Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique).

Nous sommes à un moment particulier de notre histoire, l’un de ceux où le jugement qu’elle portera sur nous sera guidé par l’action que nous entreprendrons – ou ce que nous ne ferons pas. Les questions intérieures sont secondaires dans cette perspective, si accessoires et dérisoires, comme le devient chacune de nos tâches quotidiennes. Cessons de divaguer vers le futile et regardons le monde : les pages noires s’y écrivent à nouveau – en Ukraine, au Yémen, au Nigéria, en Birmanie, en Irak, et, plus encore que partout ailleurs, en Syrie.

Oui, à nouveau et sans relâche, nous devons reparler de la Syrie, le drame le plus absolu de ce siècle et une tache ineffaçable sur notre conscience à tous – de ceux qui ne s’en soucient pas et, plus encore, de ceux qui devraient quotidiennement et prioritairement s’employer à agir.

Ce qui se passe là-bas depuis désormais plus de cinq ans – cinq ans où nous n’avons rien fait, même si la France l’a bien tenté en 2013 – dépasse l’entendement en horreurs et souffrances. Rien de cela n’est nouveau: non, pire encore, c’est devenu perpétuel. C’est notre quotidien – et surtout le leur. Nous avons parfois l’impression que ces 2000 jours deviennent une forme d’éternité que tout espoir a fui.

Rien de nouveau, mais plus que jamais le crime. Le présent est celui-ci: tous les médecins d’Alep out été tués un à un, méthodiquement, comme ce sublime docteur Maaz, au visage lumineux et doux, par les gangs d’Assad appuyés par Poutine et l’Iran; des centaines de personnes, dont femmes et enfants, meurent chaque jour. Les hôpitaux, les écoles, les marchés sont délibérément visés par l’aviation du régime et par ses alliés russes. 470 000 personnes – si la Syrie était la France, cela serait 1,5 million – sont déjà mortes ; plus de 2 millions sont blessées ; 12 millions ont quitté leur ville, et sont déplacés ailleurs dans le pays, ou, pour plus de la moitié d’entre eux, réfugiés – et nous devons bien sûr les accueillir. L’asile est sacré et ne se négocie pas.

Comme Guernica, Auschwitz et Srebrenica, Alep marque la faillite du monde; il n’y a plus ni morale, ni repère, seulement l’indifférence devant le crime contre l’humanité. Assad et ses sicaires devront en répondre devant la Cour internationale de Justice. Hélas, les États-Unis deviennent complices de ce crime si l’on en juge par le dernier accord en date avec Moscou, aussi inepte et incompréhensible que répugnant. Ils laissent la Russie appuyer les crimes de guerre d’Assad et en commettre elle-même. Pour les Etats-Unis comme pour l’Europe, au-delà de la morale, il s’agit aussi d’une faillite stratégique grave dont les conséquences se feront longtemps sentir Lire la suite

New photo from Facebook April 29, 2016 at 10:41PM

Le président du Conseil Local de la ville d’Alep a été enlevé par le PYD (branche syrienne du PKK)

New photo from Facebook April 29, 2016 at 03:39PM

Notre ami Britta Haji Hassan, président du Conseil Local de la ville d’Alep a été enlevé hier matin par les forces du PYD (branche syrienne du groupe terroriste PKK)

Nous avons saisi Amnesty et HWR pour que des pressions puissent être exercées sur les alliés du PYD: les Etats Unis et la Russie.

Déclaration officielle du CLVA: via Facebook Pages http://ift.tt/1Qt9caY

Un hôpital de plus bombardé par Assad en Syrie

 

Jean-Pierre Filiu:

Je connais l’hôpital bombardé pour m’y être rendu en juillet 2013, dans le cadre d’un reportage à Alep pour la revue XXI. Il se trouve dans le quartier de Sukkari, déjà âprement pilonné par le régime Assad, lorsque les milices de l’opposition s’étaient emparé de la moitié nord et est de la deuxième ville de Syrie. Militarisé au plus fort des combats, il était lors de mon passage retourné à une administration civile. Ce processus de résistance citoyenne, qui voit les comités locaux prendre (ou reprendre) le pas sur les groupes armés dès que le conflit s’apaise, est observé dans toute la Syrie [… lire la suite sur filiu.blog.lemonde.fr].

Retour à Alep et Gaziantep.

Nos courageux amis journalistes repartent un à un à Gazientep, puis à Alep, souhaitons leur toute la force et la foi dont ils ont besoin pour continuer leur mission d’informer le monde du malheur qui frappe leurs compatriotes mais aussi de l’incroyable résilience dont ceux ci sont capables! Cette tournée dense et riche de rencontres multiples et variées aura permis nous l’espérons l’engagement de relations pérennes pour soutenir les journalistes et plus globalement la société civile dans ses actions en faisant avancer la cause au-près des pouvoirs publics et des décideurs français, belges et suisses.